dimanche 11 février 2018

On a dévalisé la queen!, de Jean-François Quesnel chez City Editions

On a dévalisé la queen!, de Jean-François Quesnel chez City Editions

 Titre : On a dévalisé la queen!
 Auteurs :Jean-François Quesnel
 Editeur : City Editions
 Collection :Roman
 Date de sortie :Mai 2016
 Genre :Contemporain, Humoristique
 Nb de pages :240 pages
 Prix : 17€50
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Récemment divorcée, Darcy décide de poser ses valises en Ecosse pour y refaire sa vie. Elle habite avec Churchill son chien, près des ruines du manoir de Merryton. Le lieu l'envoûte et évoque des souvenirs lointains, lorsque son excentrique grand-mère lui racontait la légende d'un trésor enfoui dans les murs de la vieille bicoque... Un siècle plus tôt, le manoir a en effet hébergé la reine Victoria, le temps d'une nuit. Bien assez pour qu'un arnaqueur professionnel jeune et très doué la dévalise. L'objet du délit : un fabuleux bijou en diamant dont la reine ne se séparait jamais. Le bijou n'a jamais été retrouvé et Darcy a bien l'intention de résoudre l'énigme. Mais cela ne semble pas plaire à tout le monde. Il se passe des choses très étranges et Darcy risque bien de devenir complètement cinglée avant de trouver le fin mot de l'histoire... »
 
 MON AVIS :

Cela ne vous étonne plus maintenant mais il s'agit également d'un livre que j'ai reçu il y a quelques temps maintenant. J'ai attendu aussi longtemps pour le lire tout simplement car lorsque j'ai lu le communiqué de presse, il avait l'air assez drôle et plutôt bien original. Mais en le recevant, je ne sais pas j'ai eu un moment de doute et me suis dit que je me le gardais pour un moment où j'avais besoin de me détendre. J'ai passé un plutôt un bon moment, mais quelques petits points négatifs ont un peu gâché ma lecture. Quoi qu'il en soit, je remercie les éditions City pour l'envoi.

Résumons un peu. Récemment divorcée, Darcy décide de poser ses valises en Ecosse pour y refaire sa vie. Elle habite avec Churchill son chien, près des ruines du manoir de Merryton. Le lieu l'envoûte et évoque des souvenirs lointains, lorsque son excentrique grand-mère lui racontait la légende d'un trésor enfoui dans les murs de la vieille bicoque... Un siècle plus tôt, le manoir a en effet hébergé la reine Victoria, le temps d'une nuit. Bien assez pour qu'un arnaqueur professionnel jeune et très doué la dévalise. L'objet du délit : un fabuleux bijou en diamant dont la reine ne se séparait jamais. Le bijou n'a jamais été retrouvé et Darcy a bien l'intention de résoudre l'énigme. Mais cela ne semble pas plaire à tout le monde. Il se passe des choses très étranges et Darcy risque bien de devenir complètement cinglée avant de trouver le fin mot de l'histoire...

Parlons dans un premier temps des personnages. Notre personnage principal n'est autre que Darcy, une femme d'une quarantaine d'année, divorcée et dont la fille vit aux USA. Nous la suivons dans sa nouvelle aventure qu'est désormais sa vie dans un nouveau pays. Je dois dire que j'ai beaucoup apprécié ce personnage au début de l'histoire. En effet on pouvait la sentir déterminé à changer le cours de sa vie, à reprendre sa vie en main. On pouvait donc ressentir que malgré les épreuves que celle-ci à vécue, cela ne l'empêchait pas d'avancer. C'est une femme attachante, forte... enfin jusqu'à un certain moment dans l'histoire (sans vouloir en dévoiler trop). En avançant dans l'histoire on se rend compte que celle-ci est quand même assez naïve, elle fait confiance trop rapidement aux gens sans même les connaitre. De plus, elle est quand même fortement familière et cela m'a un peu dérangé. En ce qui concerne les autres personnages, je dois dire que certains personnages se veulent détestable au départ, puis nous apprenons à les découvrir et nous commençons à s'attacher à eux. Le chien Churchill m'a aussi beaucoup fait rire. Cela apportait une petite touche d'humour à l'histoire. Les personnages n'étaient en soit pas réellement un problème.

Venons-en maintenant à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. C'est ici que j'ai eu le plus de problèmes. Comme j'ai pu le mentionner un petit peu plus haut, la familiarité avec laquelle écrit pouvait être par moment vraiment lourd. Cela ne concernait pas tous les passages du récit, mais celui qui se déroulait à l'époque contemporaine. En effet l'auteur à fait le choix de varier le récit avec deux époques différentes, l'époque actuelle et le XIXème siècle. Ce n'était pas trop mal comme idée, ce qui me dérangeait c'est que parfois le XIXème siècle ne permettait pas forcément de comprendre l'époque contemporaine. J'avais l'impression que ce texte n'était là que pour rajouter du texte. Attention je ne dis pas cela pour tous les chapitres, car cela permettait aussi de comprendre l'origine de l'intrigue. L'écriture de l'auteur est plutôt sympathique, facile à lire, encore une fois sans prise de tête ; mais ce qui majoritairement déranger encore une fois c'est la familiarité de certains propos qui n'étaient absolument pas nécessaire ici. Cela frôlait le grossier, c'est vraiment mon gros point négatif de ce livre. L'intrigue quant à elle est originale, je dois dire que je n'avais jamais lu d'histoire qui ressemble à celle-ci, toutefois je ne pense pas qu'il faut en lire quinze mille du même type.

Mon avis. Si vous êtes un/une fan de lecture sans prise de tête, un peu lecture d'été ; ce livre est pour vous. Notamment si vous aimez l'alternance entre deux époques. Les personnages sont assez sympathiques, même si nous ne nous attachons pas forcément à ces derniers. L'histoire est assez originale, de même que son intrigue. L'écriture de l'auteur se lit assez facilement et rapidement, toutefois la familiarité de certains propos m'ont beaucoup dérangé ici. Qui plus est, ce livre est annoncé comme humoristique mais hormis le chien qui était pour moi amusant, je cherche encore l'humour.
 
 NOTATION :

On a dévalisé la queen!, de Jean-François Quesnel chez City Editions

The Graces, de Laure Eve chez Hachette

The Graces, de Laure Eve chez Hachette

 Titre : The Graces
 Auteurs :Laure Eve
 Editeur : Hachette
 Collection :BlackMoon
 Date de sortie :14 Septembre 2016
 Genre :Jeunesse
 Nb de pages :408 pages
 Prix : 18€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Comme tout le monde, River Page est fascinée par les Grace, frère et sœurs. Comme tout le monde, elle est persuadée qu'ils ont la magie dans le sang. Et, comme tout le monde, elle brûle d'envie de devenir leur amie. Elle se rapproche de Summer, la benjamine, et tombe sous le charme du ravissant Fenrin, l'aîné. Mais, au grand désespoir de River, la magie ne résout pas tous les problèmes... »
 
 MON AVIS :

Pour une fois je suis embêtée pour l'écriture d'une chronique. En effet je suis perplexe sur ce livre, notamment car j'ai pu me rendre compte qu'encore l'année dernière ce livre aurait pu me plaire. Toutefois mes gouts en matière de lecture ont pas mal évolué ses derniers temps. Et ce livre qui aurait pu me plaire, ne m'a finalement pas du tout convaincue car je me suis sentie trop âgée pour se lire ce style d'histoire. Quoi qu'il en soit, je vais essayer de rester le plus impartial possible. Je remercie les éditions Hachette pour cet envoi.

Résumons un peu. Comme tout le monde, River Page est fascinée par les Grace, frère et sœurs. Comme tout le monde, elle est persuadée qu'ils ont la magie dans le sang. Et, comme tout le monde, elle brûle d'envie de devenir leur amie. Elle se rapproche de Summer, la benjamine, et tombe sous le charme du ravissant Fenrin, l'aîné. Mais, au grand désespoir de River, la magie ne résout pas tous les problèmes...

Parlons dans un premier temps des personnages. Alors ici nous n'avons pas un personnage principal mais plusieurs personnages principaux. Tout d'abord, nous avons River Page. Celle-ci est une jeune adolescente en quête d'appréciation de la part des autres adolescents de son collège mais surtout des enfants Grace. Celle-ci ne vit que pour cette reconnaissance. Je n'ai malheureusement pas du tout accroché avec ce personnage car je n'ai pas réussi à saisir pourquoi celle-ci voulait autant se faire aimer d'un groupe de personne en se mettant d'autres à dos. De plus, j'avais parfois l'impression qu'elle aussi se moquait des autres alors qu'elle revendiquait ce genre de comportement. Quoi qu'il en soit je n'ai pas du tout aimé son comportement, je ne suis jamais sentie proche avec ce personnage. Toutefois il est probable que quelqu'un de plus jeune (« que moi ») puisse se reconnaitre en ce personnage. En ce qui concerne les Graces, euhm comment rester neutre ici. On sent à travers les lignes que ce sont des personnages qui aiment avoir l'attention sur eux. Alors bien que ce soit « une carapace », leur vrai visage n'est pas forcément si beau à voir. La seule qui aurait pu être sympathique était Summer, toutefois elle se révèle aussi cruelle que ses frères et sœurs. Je ne pense pas qu'il soit possible de se reconnaitre dans ses personnages et encore moins les trouvés sympathique.

Venons-en à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. La aussi cela va être compliqué de rester impartiale. En effet c'est ce qui a le plus péché pour moi. En soi l'idée que des adolescents puissent être des sorciers pourquoi pas. Sauf que cette histoire se déroule dans la « réalité » et l'on suppose par des coïncidences qu'ils sont des sorciers. Je n'ai malheureusement pas réussi à rentrer dans l'histoire, bien que lu rapidement je n'avais qu'une envie finir se livre pour passer à autre chose. Je n'arrivais pas à accrocher à l'idée qu'une personne voulait tant se faire par bien voir par un groupe de personne tout ça pour découvrir la sorcellerie et la magie. Qui plus est je n'ai vraiment pas aimé l'atmosphère de secrets, de faux sentiments, cela nous donne dès le départ une mauvaise ambiance et assez malsaine. J'ai eu du mal à ressentir le mystère, le suspense car je pouvais à peu près prévoir vers quoi cela allait mener. J'ai tout de même réussi à avancer dans l'histoire et à finir le livre, notamment grâce à l'écriture de l'auteur. En soi l'intrigue aurait pu être intéressante si les personnages avaient d'autres ambitions, d'autres caractères. Toutefois comme je l'ai dit un peu plus haut, je ne pense pas que le problème vienne de la plume de l'auteure, car nous arrivons à avancer assez facilement dans l'histoire. L'écriture est simple, sans prise de tête, sans artifices. Je pense que c'est réellement ce qui nous pousse à vouloir voir vers où l'auteure nous emmène et quels secrets celle-ci va nous dévoiler. Je pense réellement que cette histoire plaira toutefois réellement aux adolescents, malheureusement je n'ai pas accroché.

Mon avis. Je pense que je commence à réellement « vieillir » car mon gout en lecture à vraiment évoluer. Cette lecture aurait pu me plaire il y a encore quelques années, voir même l'année dernière mais ce n'est plus le cas. Je préfère les histoires plus poussées, plus réfléchies. Or ici il est bien question de l'envie de se faire apprécier et bien voir lorsque l'on est adolescent. Bien entendue avec une idée d'amour. Si vous êtes donc un/une adolescent.e aimant suivre des adolescents et leurs relations dans leur établissement, cette histoire est pour vous.
 
 NOTATION :

The Graces, de Laure Eve chez Hachette

samedi 10 février 2018

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

 Titre : Au premier chant du merle
 Auteurs :Linda Olsson
 Editeur : L'Archipel
 Collection :Romans
 Date de sortie :10 Février 2016
 Genre :Contemporain
 Nb de pages :300 pages
 Prix : 20€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Déception sentimentale ? Lassitude de vivre ? Élisabeth Blom s'est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s'appelle Blom... Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre ? Ou faudra-t-il attendre un drame – et l'intervention inattendue d'Otto, libraire à la retraite – pour faire entrer la lumière dans son appartement ? Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d'une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture. »
 
 MON AVIS :

J'ai reçu ce livre il y a un petit moment maintenant. Je n'osai pas trop me lancer dans celui-ci car mes gouts de lecture ont pas mal évolué ces derniers temps. Toutefois, la semaine dernière je sortais d'une lecture un peu lourde et je souhaitais dès lors lire une histoire toute simple. Ce livre tomba donc à pique pour une lecture détente et sans prise de tête. Je remercie les éditions L'Archipel pour cet envoi. Je dois dire que je fus plutôt étonné de ma lecture. 

Résumons un peu. Déception sentimentale ? Lassitude de vivre ? Élisabeth Blom s'est retirée du monde. Sitôt installée dans sa résidence de Stockholm, elle a débranché la sonnette et fermé sa porte à double tour. Porte à laquelle Elias, son voisin, se décide un jour à frapper, pour lui remettre son courrier. Car lui aussi s'appelle Blom... Cet incident sortira-t-il Élisabeth de sa pénombre ? Ou faudra-t-il attendre un drame – et l'intervention inattendue d'Otto, libraire à la retraite – pour faire entrer la lumière dans son appartement ? Au seuil de l'été nordique, le chant du merle annonce les beaux jours. C'est le thème, vibrant, de la partition nouée par Linda Olsson pour ces trois solitudes. Éloge du premier pas, ce récit d'une rééducation sentimentale est aussi une invitation au voyage nommé lecture.

Parlons dans un premier temps des personnages. En ayant lu résumé seulement, je me suis demandé si j'allais vraiment apprécier nos personnages principaux. Notamment car j'avais peur que ce trio ne tombe dans un cliché. Je fus extrêmement surprise de voir que ce n'était pas du tout le cas. Nous avons donc ici trois personnages principaux : Elisabeth, Elias et Otto. Nous découvrons dans un premier temps Elisabeth, une femme d'une cinquantaine d'année ayant décidé de changer de vie et d'environnement. Toutefois celle-ci s'enferme dans sa bulle, malheureuse et n'ayant plus foi en l'homme. On la sent extrêmement fragile et touchante. Ce que j'ai aimé, c'est de découvrir l'évolution de ce personnage brisé. A l'aide des deux autres personnages, celle-ci va pouvoir se redécouvrir mais aussi redécouvrir la vie. En ce qui concerne le personnage de Elias, j'avais du mal à comprendre sa façon de penser, puis finalement petit à petit lorsque l'on apprend à le connaitre notre ressenti change. Personnellement je l'ai trouvé très touchant, très appréciable, attentionné, pleins de bonnes volontés. Ce qui complète parfaitement le personnage d'Elisabeth. L'auteur aurait pu se contenter de ses deux personnages, celle-ci a décidé de rajouter le personnage d'Otto. Celui-ci est un peu plus âgé que les deux autres protagonistes, mais il va en quelque sorte faire le lien entre ces deux personnages complétement différents. C'est également un personnage très attachant et touchant. On ne peut qu'apprécier la combinaison judicieuse faite par l'auteur. Il n'y a pas un personnage qui est de trop ou exagéré. 

Venons-en à présent à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. C'est là où mon opinion risque d'être mitiger. En effet, je dois dire que dans l'ensemble j'ai plutôt bien apprécié l'histoire de par sa poésie. On ne peut qu'être toucher par l'histoire en elle-même, ces personnages attachants et touchants mais aussi par la thématique même de ce récit. Le message de l'auteur est qu'il faut savoir réapprendre à aimer et se laisser être aimer. Il faut savoir prendre des risques même si cela peut inclure parfois des retours de flammes imprévues. En soi l'intrigue était originale, mais je dois dire que j'ai trouvé le début très long à se mettre en place. Je n'ai commencé à apprécier l'histoire qu'au bout d'une centaine de pages. Toutefois ce qui m'a fait avancer, était le fait que je voulais savoir comment ses hommes allaient changer la vie d'une femme. Mais aussi bien entendu, la plume poétique, sensible, envoutante et attachante de l'auteur. Pour ma part elle a su me faire ressentir ce que pouvait sentir certains personnages mais uniquement après la centaine de pages du début. La chute m'a tout de même un poil déçu, je m'attendais à quelque chose de plus pousser. Nous n'avons d'ailleurs pas toutes les réponses à nos questions, ce qui est dommage.

Mon avis. Si vous appréciez les histoires remplies de poésie, de personnages attachants et touchants ; vous ne pourrez qu'apprécier ce livre. Ne vous attendez pas à une histoire ultracomplexe, mais c'est pour moi ce qui fait la beauté de ce livre. J'ai passé un bon moment malgré quelques petits défauts. Il est fort probable que je retente l'expérience avec cette auteure.
 
 NOTATION :

Au premier chant du merle, de Linda Olsson chez L'Archipel

samedi 3 février 2018

L'aube sera grandiose, de Anne-Laure Bondoux chez Gallimard

L'aube sera grandiose, de Anne-Laure Bondoux chez Gallimard

 Titre : L'aube sera grandiose
 Auteurs :Anne-Laure Bondoux
 Editeur : Gallimard
 Collection :Romans Ado
 Date de sortie :21 Septembre 2017
 Genre :Jeunesse, Contemporain
 Nb de pages :304 pages
 Prix : 14€90
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu'elle lui a cachés jusqu'alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets... Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin.. »
 
 MON AVIS :

Pour celui-ci j'ai attendu un petit peu avant de lire, tout simplement car j'ai l'impression d'avoir lu un livre de Anne-Laure Bondoux il n'y a pas si longtemps. Je préférais attendre un peu avant de me replonger dans son univers. Et ce ne fut pas plus mal car j'ai pu encore une fois apprécier ma lecture au maximum. J'ai vraiment passé un excellent moment avec cette histoire. Je remercie les éditions Gallimard pour cet envoi magnifique.

Résumons un peu. Titania emmène sa fille, Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui dévoiler des événements de sa vie qu'elle lui a cachés jusqu'alors. Nine écoute, suspendue aux paroles de sa mère. Flash-back, anecdotes, personnages flamboyants, récits en eaux troubles, souvenirs souvent drôles et parfois tragiques, bouleversants, fascinants secrets... Peu à peu jaillit un étonnant roman familial, qui va prendre, pour Nine, un nouveau tour au matin...

Parlons dans un premier temps des personnages. Nous avons ici deux personnages principaux féminins : Nine & Titania. J'ai beaucoup apprécié suivre l'histoire de la mère qui explique celle-ci à sa fille. A travers cette histoire nous apprenons pourquoi Titania a pu mentir à sa fille sur leur histoire. Pour Nine, on comprend que celle-ci est dans un de ses moments de doute et de recherche d'elle-même. Toutefois bien que nous apprenions leurs histoires, nous n'en savons pas beaucoup sur leurs comportements, leur façon de raisonner. Ce qui est assez drôle, c'est que je me suis sentie tout aussi proche Nine que de Titania étant jeune. J'y voyais une réelle ressemblance entre la mère (petite fille) et la fille. De plus cela nous permet de mieux comprendre le recul, parfois la froideur dont peut faire part Titania envers sa fille. Qui plus est l'auteur ne nous fait pas qu'apprécier (ou détester) les personnages principaux mais aussi les personnages secondaires (ce qui est parfois totalement ignoré par les auteurs). Or là, on ressent bien que pour bien comprendre l'histoire il faut prendre conscience de tous les personnages dans leur ensemble.

Venons-en à présent à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. Je dois dire que ces derniers temps, j'ai tendance à me lancer dans les livres sans prendre connaissance des résumés. Et cela n'est pas plus mal, notamment pour ce livre. Quoi qu'il en soit cette histoire est très originale car pour une fois (ou tout du moins il me parait difficile) il est difficile de deviner pourquoi cette fuite, pourquoi tant de secrets. Pour ma part je dois dire que je ne m'attendais pas à cela et m'a fort surpris. En ce qui concerne l'intrigue en elle-même, nous avons l'impression que le but de l'auteur est de rendre ce récit très intime avec le lecteur. L'intrigue est fort prenante et addictive. En effet nous voulons toujours en savoir plus. J'ai beaucoup apprécié que l'auteur alterne deux périodes. Cela permet de rendre l'histoire beaucoup plus dynamique et vivante. J'ai trouvé cela prenant. De plus, nous enchainons les chapitres et les pages avec une rapidité et une facilité dont je ne me serai absolument pas douté. L'auteur a décidé de ne pas tout dévoiler dès le début mais bel et bien en donnant des petits éléments, des petits indices au fil des pages mais toutefois ils ne nous permettent pas de voir où l'auteur veut en venir. Les sujets abordés ici sont surtout sensibles mais certains adolescents pourront se reconnaitre dans nos personnages. Pour l'écriture de l'auteur je l'ai trouvé très plaisante, simple mais envoutante, addictive et qui nous donne envie d'en savoir toujours plus. 

Mon avis. Ce fut un excellent roman pour se changer les esprits. Cela m'a permis de me détendre en compagnie d'une excellente écriture mais aussi avec des personnages très bien décrit, très attachants. Je vous conseille cette lecture si vous cherchez quelque chose sans prise de tête mais avec une excellente plume de la part de l'auteur. Pour ma part je lirai un autre roman de l'auteur fort volontiers.
 
 NOTATION :

L'aube sera grandiose, de Anne-Laure Bondoux chez Gallimard

Ces livres que j'ai abandonnés

Ces livres que j'ai abandonnés
 
Bonjour à tous :) Je reviens vers vous aujourd'hui avec cette chronique changeant de d'habitude. En effet il s'agit de ces livres que j'ai abandonnés récemment. Les raisons peuvent être complétement différentes d'un livre à l'autre. Encore une fois je tiens à préciser qu'il s'agit de MES raisons, cela ne veut pas dire que vous n'aimerez pas les livres présentés ici. Ces livres n'auront pas de chronique, c'est pour cela que je vous explique tout cela ici. 
 
Ce mois-ci j'ai abandonné deux livres :

Ces livres que j'ai abandonnés

- "Le projet K" de Douglas Preston aux éditions l'Archipel : Je me dois de préciser dans un premier temps que ce n'était pas un livre dont j'avais fait la demande en service presse. Je ne l'avais pas demandé pour la simple et bonne raison qu'il s'agit ici d'un livre à suspense avec une part de thriller/science-fiction. Malhereusement je ne suis pas une personne qui accroche énormement avec les phénomènes de sciences-fiction dans une probable réalité. Je me suis forcé à lire à peu près une centaine de page mais je n'accrochais absolument pas à l'histoire, l'intrigue ou bien encore les personnages. Je me suis donc arrêté dans la lecture de ce livre.

Ces livres que j'ai abandonnés
 
- "Tarzan, Seigneur de la jungle" de Edgar Rice Burroughs aux éditions Archipoche : Alors pour celui-ci, je l'ai abandonné pour une tout autre raison. En effet lorsque je l'ai reçu, je me suis dit que cela serait sympa de revoir un peu ce classique de la littérature et surtout connaitre la vrai histoire. Je me suis donc lancé dans l'histoire avec une réelle envie. Toutefois la première partie du livre ne m'a pas convaincue et n'a pas su me faire rentrer dans cette histoire. J'étais complétement perdue dans la narration. Il y avait très peu d'action et je m'ennuyais. J'ai préféré dès lors arrêter ma lecture car j'avais l'impression de perdre mon temps. 

Et vous quel(s) livre(s) avez vous abandonné ces derniers temps?

dimanche 28 janvier 2018

Je vous sauverai tous, de Emilie Frèche chez Hachette

Je vous sauverai tous, de Emilie Frèche chez Hachette

 Titre : Je vous sauverai tous
 Auteurs :Emilie Frèche
 Editeur : Hachette
 Collection :Littérature contemporaine
 Date de sortie :2 Janvier 2017
 Genre :Jeunesse, Contemporain
 Nb de pages :2 pages
 Prix : 15€90
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Parce qu'elle est sans aucune nouvelle d'Eléa, sa fille de 17 ans embrigadée par Daesh et partie en Syrie il y a maintenant six mois, Laurence commence à tenir un journal. Écrire l'empêche de céder entièrement à la douleur qui la ronge chaque jour davantage, à la colère de n'avoir rien vu venir, et de n'avoir pas su comprendre que tout allait basculer. De trop nombreuses questions sans réponse la hantent : comment Eléa va-t-elle ? Où vit-elle ? Et avec qui ? Comment Eléa, qui avait la tête sur les épaules et des envies par centaines, a-t-elle pu manquer de discernement au point de renoncer à tout... et surtout à sa liberté ? Laurence interpelle sa fille et lui raconte, jour après jour, sa tristesse et sa participation à des groupes de déradicalisation, sa lutte pour éveiller les consciences, tenter d'empêcher le départ d'autres adolescents... Pour tenter aussi de contrer l'absence de sa fille, ne pas la perdre tout à fait...
À ses mots répondent ceux du journal intime d'Eléa, écrits un an auparavant. On découvre peu à peu comment pour cette jeune fille la frontière qui sépare influence et conviction a été franchie. Comment aux rêves d'avenir, aux premiers émois amoureux, aux amitiés sereines, se sont substitués la manipulation, la soumission, l'extrémisme... »
 
 MON AVIS :

Dans l'idée de garder les livres forts émotionnellement quand cela va bien et que nous sommes bien armées pour les lire, ce livre en fait partie. En effet il ne s'agit d'une simple histoire, mais un récit tiré de faits réels. Et c'est d'ailleurs ce qui m'a bouleversé. Il faut être vraiment armer psychologiquement avant de lire ce livre. Je n'avais jamais lu de livre de cette auteure auparavant, mais je ne regrette absolument pas d'avoir commencé avec celui-ci. Je ne sais pas encore si je lirai un autre de ces livres en tout cas pas dans l'immédiat car il faut que je me remette de celui-ci. Quoi qu'il en soit, je remercie les éditions Hachette pour l'envoi de ce livre.

Résumons un peu. Désemparée par le départ de sa fille de 17 ans en Syrie, embrigadée par Daesh et dont elle est sans nouvelles, Laurence commence un journal. Elle y transcrit son incompréhension et sa tristesse. La mère interpelle sa fille et lui raconte son combat contre le radicalisme. Son journal fait écho à celui qu'a tenu Eléa un an auparavant, dans lequel se dévoile son endoctrinement progressif.
Venons-en dans un premier temps aux personnages de cette histoire. Il m'est difficile pour moi de parler de personnages car l'on sait que cela se déroule dans la réalité actuelle. Il ne s'agit donc pas de personnages sortis de l'imagination de l'auteur, hormis les noms de ces derniers. Grâce à ses différents personnages cela nous aide à mieux comprendre le point de vue de chacun : que ce soit celui de la mère, celui du père ou bien celui de la jeune adolescente qui se fait embrigader. Tout ses personnages sont extrêmement fort, bien décrit. J'ai été extrêmement touché par le père qui a perdu en quelque sorte sa raison de vivre, sa raison de rester clair d'esprit. La mère aussi a pour sa part garder sa raison d'esprit mais ne peut rester sans rien faire et à attendre que sa fille rentre à la maison. Pour la jeune fille on se rend compte qu'il ne suffit pas d'avoir des « problèmes familiaux », ou d'avoir un quelconque problème pour se faire embrigader. Cela peut partir également d'une noble raison. Cela m'a permis de mieux comprendre comment cela se déroule pour ses jeunes. 

Intéressons-nous dès à présent à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. Je dois dire que cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre en une soirée. Bien que ce soit un livre pour les adolescents, il convient parfaitement aux adultes afin de mieux comprendre justement comment tout cela peut se dérouler. De plus on comprend que cela peut toucher n'importe quelle famille et n'importe quel milieu. Je pense que bien que cela soit un sujet difficile, il faudrait absolument lire celui-ci pour se rendre compte de tout cela. En ce qui concerne la plume d'Emilie Frèche, je l'ai trouvé étonnante, impressionnante, enivrante et addictive. Ce qui est impressionnant ici c'est que l'on vit chaque mot écrit par l'auteur. Je ne sais pourquoi mais j'avais cette impression que l'auteur n'est pas étrangère à ce sujet ou bien elle s'est réellement renseignée sur tout ce qui concerne ce sujet. Ce qui est originale aussi, c'est que l'auteur donne la parole aussi aux deux parents qu'à l'adolescente cela permet réellement d'englober tous les points de vus. Encore une fois, ce livre nous permet de se rendre compte que cela peut arriver à n'importe qui finalement. Je sais que je me répète mais ce livre ne se base pas sur une simple envie d'écrire sur ce sujet, non, on ressent les recherches de l'auteur. Il s'agit bel et bien de vivre à travers cette écriture, contre quoi se battent certaines familles, le rôle important des associations au quotidien pour les nombres baissent pour peut-être un jour que cela n'est plus lieu. Bien évidemment le thème de la religion est présent mais ce n'est pas ce qui est au centre de l'histoire même. L'auteur nous fait comprendre qu'il n'y a pas une interprétation des textes religieux mais que selon la personne il peut en avoir plusieurs. 

Mon avis. Je pense que vous l'aurez compris, pour moi ce livre est à lire absolument que vous soyez un adolescent ou bien un adulte. C'est un roman qui vous marquera, que ce soit par le texte qu'aussi bien dans la compréhension d'un embrigadement. Finalement nous avons plus l'impression d'avoir un documentaire qu'un roman. Notamment car celui-ci est très réaliste, très puissant et nous prend au plus profond de nous-même. L'écriture est vraiment enivrante, addictive. Je recommande fortement la lecture de ce livre.
 
 NOTATION :

Je vous sauverai tous, de Emilie Frèche chez Hachette

dimanche 14 janvier 2018

Bloc 11, de Piero Degli Antoni chez Archipel

Bloc 11, de Piero Degli Antoni chez Archipel

 Titre : Bloc 11
 Auteurs :Piero Degli Antoni
 Editeur : Archipel
 Collection :Archipoche
 Date de sortie :Septembre 2016
 Genre :Drame, Historique
 Nb de pages :269 pages
 Prix : 6€80
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« 1944, Auschwitz : le commandant du camp organise un jeu sadique et démoniaque avec dix déportés : il leur donne une nuit pour désigner lequel d'entre eux devra mourir le lendemain. Pourquoi ? Trois prisonniers se sont évadés, et ceux qui restent doivent payer. Quelle sera leur réponse face à cette cruauté poussée à l'extrême ? »
 
 MON AVIS :

J'ai reçu ce livre il y a un petit moment désormais. Toutefois, j'avais décidé de faire une petite pause concernant mes lectures parlant de la Seconde Guerre Mondiale car j'ai tendance à en lire pas mal. Il me fallait donc une pause entre ma dernière lecture sur le sujet et celle-ci. Cela fut nécessaire et m'aida surtout à apprécier un peu plus une lecture sur le même-sujet. Je dois dire que ma lecture fut agréable mais que certains points m'ont tout de même un petit peu dérangé. Je tiens à remercier les éditions Archipel pour cet envoi.

Résumons un peu. 1944, Auschwitz : le commandant du camp organise un jeu sadique et démoniaque avec dix déportés : il leur donne une nuit pour désigner lequel d'entre eux devra mourir le lendemain. Pourquoi ? Trois prisonniers se sont évadés, et ceux qui restent doivent payer. Quelle sera leur réponse face à cette cruauté poussée à l'extrême ?

Parlons dans un premier temps des personnages. Ici, nous n'avons pas un personnage principal mais un groupe de personnages principaux. En effet, comme nous l'indique nous nous retrouvons avec un huis-clos où se retrouve dix déportés. Même si l'histoire commence avec Moshe et sa femme (dont on ne sait d'ailleurs pas le prénom au départ), ils ne sont pas vraiment les uniques personnages principaux puisque nous suivons également l'histoire des autres déportés. Je ne me suis pas vraiment attaché à un personnage en particulier mais plutôt au groupe. En effet je me demandais comment ils allaient s'en sortir et surtout les éléments de leur vie que l'on découvre au compte-goutte. Nous avons des caractères plus ou moins fort selon les personnages. Ce que j'ai beaucoup apprécié dans les descriptions de ces personnages, c'est que personne n'est tout blanc ou tout noir. Si l'on gratte la surface de chaque personnage, on découvre que chacun à ses raisons pour agir d'une certaine façon. L'auteur a réellement magné cela d'une main de maitre.

Venons-en à présent à l'histoire, l'intrigue et l'écriture de l'auteur. Je me dois de préciser que je ne suis d'habitude pas une grande fan des huis-clos (hormis chez Agatha Christie). Toutefois ce fut une assez belle surprise, je dois dire. En effet, nous nous retrouvons dans une atmosphère assez sombre et dure, celui des camps de concentrations de la Seconde Guerre Mondiale. Cette histoire est assez originale car l'on demande à des hommes de se mettre d'accord en huis-clos de choisir qui va mourir dès l'aube. On se rend compte que cela n'est pas si simple pour eux car ils prennent en compte les défauts, les qualités de chacun et que cela n'est pas anodin de dénoncer quelqu'un afin d'être fusillé au petit matin. Nous avons ce petit côté gênant du général qui transforme la chose en jeu. Les recherches de l'auteur se ressente fortement dans l'histoire car il intègre des données propres à Auschwitz, ainsi que le vocabulaire approprié dans les camps (notamment en allemand). L'auteur nous propose d'ailleurs les traductions à la fin du livre, afin que le lecteur ne parlant pas allemand puisse aussi comprendre. Cette intrigue est très prenante car l'on se demande jusqu'au bout ce que vont faire les prisonniers pour s'en sortir et s'ils déjoueront les tours du commandant. Avec cela, on se rend compte de la méchanceté volontaire de certaines personnes durant cette guerre. J'ai aimé suivre l'aventure et les difficultés des personnages qui nous apprend pas mal de chose sur cette époque. Toutefois un petit point m'a dérangé, dès le début de l'histoire nous sommes à une certaine époque sans informations complémentaires, puis soudain nous nous retrouvons en 1944. Je me suis retrouvée complétement perdue pendant un laps de temps. Il a donc fallu que je prenne le temps de me remettre dans l'histoire pour avancer.

Mon avis. Ce fut une lecture originale, avec un grand apprentissage sur le sujet des camps de concentration de la Seconde Guerre Mondiale, du manque d'humanité de la part de certains commandants. Toutefois, on peut voir que la volonté de vivre des êtres humains peut être plus forte que les jeux mentaux des hommes sur les autres. Je recommande vivement ce livre si vous aimez les huis-clos et les sujets sur cette guerre.
 
 NOTATION :

Bloc 11, de Piero Degli Antoni chez Archipel