mardi 20 septembre 2016

Bilan de Aout 2016

Bilan de Aout 2016
 
 
Bonsoir tout le monde :) Je suis vraiment désolé pour mon retard, mais je dois dire que ma tête est complétement ailleurs en ce moment. Et cela se ressent même dans mes lectures malheureusement, comme vous allez pouvoir le voir. Quoi qu'il en soit, je m'excuse de se retard et j'espère que vous avez eu de bonnes lectures et que vous en aurez également durant le mois de septembre. Bonnes lectures, Tinkerbell.
 
 Livres lu :
 
-  L'envahi'soeur de Sophie Laroche (201 pages) - SP
-  La famille Treski Tome 1: la guerre de la limonade de Jacqueline Davies (184 pages) - SP
-  La femme de gardien de zoo de Diane Ackerman (350 pages) - SP
-  Iqbal un enfant contre l'esclavage de Francesco D'Adamo (192 pages) - SP
-  Le programme Tome 1 Cible 1 de Alan Zadoff (384 pages) - SP
-  Jusqu'ici et pas au-delà de Joachim Meyerhoff (382 pages) - SP
-  Une si jolie petite fille de Gitta Sereny (438 pages) - SP

 Livres reçus/achetés :

Le fils de Molière de Annie Jay - SP
L'arbre à l'envers de Pauline Alphen - SP
Iqbal, un enfant contre l'esclavage de Francesco d'Adamo - SP
Agatha de Françoise Dargent - SP
Demain n'attend pas de Celine Rouillé - SP
Jessie des ténèbres de Yann Rambaud - SP


Cela fait donc 2131 pages lu ce mois ci et 6 livres reçus/achetés.

dimanche 11 septembre 2016

Le programme Tome 1: Cible 1, de Allen Zadoff chez Le livre de poche

Le programme Tome 1: Cible 1, de Allen Zadoff chez Le livre de poche

 Titre : Le programme Tome 1: Cible 1
 Auteur :Allen Zadoff
 Editeur : Le livre de poche
 Collection : Aventure/align]
 Date de sortie :06 Janvier 2016
 Genre :Jeunesse, Policier
 Nb de pages :384 pages
 Prix : 7€90
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

«Benjamin est toujours le nouveau du lycée, celui qu'on ne remarque pas. Il se fond dans le décor, se fait de nouveaux amis, il observe. Mais cela ne dure jamais... Juste le temps d'atteindre sa cible et d'accomplir sa mission, selon les ordres qui lui sont donnés par téléphone par une mystérieuse Agence. Le jour où il doit éliminer le maire de New York, tout change car, imperceptiblement, Benjamin modifie les règles du jeu, en sentant ses émotions affleurer. Il se rapproche dangereusement de Sam, la fille du maire, sans savoir qu'elle aussi est en mission, sans savoir que son humanité naissante est sa pire ennemie. »
 
❧ MON AVIS :

Alors j'ai reçu il y a un petit moment. Je ne me suis pas lancée de suite dedans car je le réservais pour une période où j'avais besoin de quelque chose de simple et rapide. Je ne connaissais pas l'auteur avant de lire ce livre et je n'en avais jamais entendue non plus. En tout cas je ne regrette absolument pas d'avoir demandé ce livre car j'ai passé un très bon moment en sa compagnie. Ce ne fut pas un coup de cœur mais tout de même un bon moment. Je tiens à remercier les éditions Le livre de poche pour cet envoi.

Résumons un peu. Benjamin est toujours le nouveau du lycée, celui qu'on ne remarque pas. Il se fond dans le décor, se fait de nouveaux amis, il observe. Mais cela ne dure jamais... Juste le temps d'atteindre sa cible et d'accomplir sa mission, selon les ordres qui lui sont donnés par téléphone par une mystérieuse Agence. Le jour où il doit éliminer le maire de New York, tout change car, imperceptiblement, Benjamin modifie les règles du jeu, en sentant ses émotions affleurer. Il se rapproche dangereusement de Sam, la fille du maire, sans savoir qu'elle aussi est en mission, sans savoir que son humanité naissante est sa pire ennemie.

Parlons dans un premier temps des personnages. Nous avons donc notre personnage principal Benjamin. C'est un jeune homme de seize ans (enfin si je ne me trompe pas, car j'avoue avoir été parfois perdue entre « ces » rôles qu'il jouait et le vrai lui). C'est un jeune homme plus qu'énigmatique, on ne sait pas grand-chose de son passé. Mis à part l'histoire de ses parents cela s'arrête là. Côté personnalité, il est vrai que l'on peut le trouver froid, très distant, sans sœur... Sauf que plus l'on avance dans le livre plus l'on se rend compte que ce n'est pas si simple. Il ne fait pas ça de bonté de cœur. Toutefois, j'ai trouvé qu'il ne se battait pas plus que ça non plus. C'est un personnage extrêmement complexe. Et c'est pour cela que l'on suit ses aventures. Je pense que c'est un personnage qui sera beaucoup plus développé dans les tomes suivants. En ce qui concerne le personnage de Sam, je dois dire qu'elle m'a totalement surprise car je ne m'attendais pas du tout à ça de sa part. Il s'agit également d'une adolescente, connu dans toute la ville de New-York pour être la fille du maire. Ce n'est pas un personnage si simple non plus. Car même si sa vie semble parfaite, elle est parsemée de craquelure et défauts, qui l'ont amenée l'a où elle en est aujourd'hui. La combinaison entre nos deux personnages est intéressante, car même s'ils semblent froids et distants, ensemble on à cette impression d'attirance mutuelle dû aux complications de leur vie.

Venons-en à l'histoire et l'intrigue. Je dois dire que je lis très peu d'histoire de ce type. Non pas que je ne les aime pas -bien au contraire- mais c'est que je suis exigeante. J'aime être emporter dès les premières pages du livre. Ce fut le cas avec celui-ci. Plus j'avançais dans ce livre, plus je voulais savoir comment cela allait finir. Un point que je n'aime pas dans ce genre de livre c'est quand je devine la fin, malheureusement ici ce fut le cas (enfin pour un certain point, qui me semblait plus qu'évident). Et c'est d'ailleurs pour cela que ce n'est pas un coup de cœur car j'ai pu deviner cet élément. Mis à part ça l'histoire est extrêmement bien construite, avec quelques flashbacks afin de comprendre l'histoire de Benjamin. L'histoire est fluide et se lit avec une rapidité affolante. Je pense que ce premier tome est un moyen d'ouvrir à ce qui va venir dans le deuxième tome. J'espère que les prochains tomes répondront aux questions rester encore sans réponses.

Mon avis. C'est de la jeunesse certes, mais de la jeunesse vraiment bien ficelé et additive. Je vous le conseil si vous aimé les histoires un peu policier, enquêtes ; avec des adolescents mais sans histoires de cœurs. J'ai vraiment passé un très bon moment. Ce ne fut pas un coup de cœur mais pas loin vraiment..
 
❧ NOTATION :

Le programme Tome 1: Cible 1, de Allen Zadoff chez Le livre de poche

dimanche 28 août 2016

Jusqu'ici et pas au-delà, de Joachim Meyerhoff chez Anne Carrière

Jusqu'ici et pas au-delà, de Joachim Meyerhoff chez Anne Carrière

 Titre : Jusqu'ici et pas au-delà
 Auteur :Joachim Meyerhoff
 Editeur : Anne Carrière
 Collection : Littérature étrangère
 Date de sortie :21 aout 2014
 Genre :Autobiographie
 Nb de pages :400 pages
 Prix : 22€00

 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l'attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d'un parc.

Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d'épisodes marquants de son enfance : sa découverte d'un cadavre dans les jardins ouvriers de sa petite ville ; ses rapports avec les jeunes patients de son père ; ses relations difficiles avec ses deux aînés ; ses accès de rage ; les lubies de son père... En soi, des moments presque ordinaires, si l'on excepte le fait de grandir au milieu de pensionnaires internés en psychiatrie... »

❧ MON AVIS :

Comme le livre précédent j'ai reçu ce livre il y a un petit moment, mais pareil j'attendais le bon moment pour le lire. Tout simplement parce que je sentais qu'il serait lourd, lourd au niveau de la narration surtout. Je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi que cela m'est perçu me le résumé. J'ai passé un bon moment en compagnie mais cela s'arrête là. Je tiens encore à remercier les éditions Anne Carrière pour cet envoi et je m'excuse pour ce retard.

Résumons un peu. Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l'attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d'un parc. Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d'épisodes marquants de son enfance : sa découverte d'un cadavre dans les jardins ouvriers de sa petite ville ; ses rapports avec les jeunes patients de son père ; ses relations difficiles avec ses deux aînés ; ses accès de rage ; les lubies de son père... En soi, des moments presque ordinaires, si l'on excepte le fait de grandir au milieu de pensionnaires internés en psychiatrie...

Parlons dans un premier temps des personnages. Notre personnage principal n'est autre que Joachim Meyerhoff. Je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à comprendre notre narrateur. Ce jeune homme, retrace son passé une fois l'âge adulte atteint. Je ne sais pas pourquoi je ne m'étais pas attendue au fait que ce soit une histoire vraie en fait. Malgré tout, cela ne m'a pas aidé à m'attacher à ce personnage. Cela m'arrive très peu, mais je l'ai trouvé beaucoup trop étrange, énigmatique, parfois même lunatique dans ses réactions... Vous me direz, le fait de grandir dans une clinique psychiatrique ne doit pas aider. Son caractère m'a parfois glacé le sang et je me disais que finalement il était au bon endroit vu sa personnalité. Bon je dois avouer que le contexte où il a grandi n'a pas aidé mais bon quand même. On voit Joachim grandir et évoluer, ses frères également plus on avance dans le livre. Je n'ai pas particulièrement apprécié le père. Ce père mis sur un piédestal par ses enfants.

Venons-en à l'histoire et l'intrigue. Bon je dois dire que je n'ai jamais lu de livre auparavant sur un personnage vivant dans une clinique psychiatrique. En général j'évite car cela a tendance à tomber dans le cliché ou dans le grotesque. J'ai trouvé cette histoire plus qu'originale. Dans ce livre on ne s'intéresse pas qu'au côté psychiatrique, mais aussi au côté familial des Meyerhoff. Comme dans toutes les familles, il y a les bons côtés et les mauvais. Notamment les coups bas, les disputes, mais aussi des moments de partage... Au fil des pages on voit le regard des enfants changeant sur le père. Ce héro perd son statut de héro.

Ce qui est bien dans ce livre, notamment au niveau longueur des chapitres c'est qu'ils varient à chaque fois. Cela permet une lecture plus rapide et sans problème. De plus, on peut faire des pauses plus facilement dans notre lecture sans perdre le fil. En ce qui concerne la narration, comme vous le savez déjà, j'ai beaucoup de mal lorsqu'il y a beaucoup de description or c'était le cas ici. J'avais parfois qu'une envie sauter des pages pour passer à plus intéressant car j'avais cette impression de longueur. J'aurais préféré un peu plus de dialogues.

Mon avis. J'ai mis un peu de temps avant de lire ce livre car je me doutais qu'il y aurait beaucoup de description et c'était en effet le cas. C'est ce qui me rebute le plus dans ce genre de lecture car je déteste la description et je souhaite avancer plus vite dans l'histoire. J'ai plutôt bien apprécié ma lecture mais c'est tout, je pense que dans quelques temps je ne m'en souviendrais plus malheureusement. Si vous n'avez rien contre la description vous pourrez peut-être apprécier ce livre..

❧ NOTATION :

Jusqu'ici et pas au-delà, de Joachim Meyerhoff chez Anne Carrière

Une si jolie petite fille, de Gitta Sereny chez Plein Jour

Une si jolie petite fille, de Gitta Sereny chez Plein Jour

 Titre : Une si jolie petite fille
 Auteur :Gitta Sereny
 Editeur : Plein Jour
 Collection : Narrative nonfiction
 Date de sortie :11 septembre 2014
 Genre :Témoignage
 Nb de pages :440 pages
 Prix : 23€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

«En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par toute la Grande-Bretagne comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée.
Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle, dans de longs entretiens, le dossier de ses crimes. Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qui est aussi l'histoire d'une lente reconstruction, d'une sortie progressive de l'horreur – celle dont elle s'est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère l'avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d'elle-même, pourra enfin regarder en face.
Peut-on affronter sa propre monstruosité ? Comment pardonner, comment se pardonner ? Qu'est-ce que la nature humaine, qu'apprend-on à son sujet au travers des êtres terribles qui semblent l'avoir un jour trahie ? Gitta Sereny porte à son degré d'incandescence l'obsession de la vérité, et fait d'Une si jolie petite fille un grand livre sur le mal et la rédemption, d'une force et d'une profondeur qui donnent le vertige. »
 
❧ MON AVIS :

Alors j'ai reçu ce livre il y a un petit moment maintenant. Je ne voulais pas le lire de suite car j'attendais tout simplement le bon moment. Je savais que cela serait un livre fort en émotion, fort en témoignage de es évènements. Et je suis heureuse d'avoir attendue le bon moment pour le lire car ce fut fort intéressant. Je remercie encore une fois les éditions Plein Jour pour cet envoi. J'ai passé un bon moment en compagnie de cette lecture mais ce ne fut pas un coup de cœur pour ma part.

Résumons un peu. En 1968, à Newcastle, une fillette de 11 ans assassine deux enfants de 3 et 4 ans. Considérée par toute la Grande-Bretagne comme un être démoniaque, la petite fille, vive, jolie, exceptionnellement intelligente, est jugée comme une adulte et emprisonnée. Près de trente ans plus tard, alors que, sortie de prison à sa majorité, mère de famille, Mary essaie de refaire sa vie, Gitta Sereny la retrouve et la convainc de rouvrir avec elle, dans de longs entretiens, le dossier de ses crimes. Toute la vie de Mary défile. Elle la revit à mesure, plonge dans les semaines qui ont conduit à la tragédie, puis dans ses années de captivité, raconte cette histoire qui est aussi l'histoire d'une lente reconstruction, d'une sortie progressive de l'horreur – celle dont elle s'est rendue coupable et celle dans laquelle sa mère l'avait plongée dès sa petite enfance, ce cauchemar que Mary, arrivée au bout d'elle-même, pourra enfin regarder en face. Peut-on affronter sa propre monstruosité ? Comment pardonner, comment se pardonner ? Qu'est-ce que la nature humaine, qu'apprend-on à son sujet au travers des êtres terribles qui semblent l'avoir un jour trahie ? Gitta Sereny porte à son degré d'incandescence l'obsession de la vérité, et fait d'Une si jolie petite fille un grand livre sur le mal et la rédemption, d'une force et d'une profondeur qui donnent le vertige.

Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à un point de vue interne, c'est-à-dire depuis le personnage principal, celui de Mary Bell. Je pensais que l'on serait dans sa tête à suivre son point de vue. Sauf que ce n'était pas du tout le cas, il s'agit en fait d'un point de vue journalistique. L'auteur fait comme si elle était la journaliste et s'intéresse à Mary Bell et son histoire. On ressent cette histoire comme une retranscription de tout ce qu'a pu ressentir Mary Bell, de ce qu'elle a pu vivre...

Nous n'avons donc pas de discours direct venant de Mary Bell, l'auteur nous rapporte toutes les informations. Ce qui est assez étrange, c'est que je pensais ne pas apprécier ce genre de chose, mais une fois dans l'histoire, j'étais complétement à fond dans l'histoire. Je voulais en savoir plus sur la vie et le passé de Mary Bell.

Malgré le fait que l'auteur retranscrive les informations et les sentiments de Mary Bell, on peut percevoir certaines émotions transparaitre à travers ces quelques lignes. Dans tout ce qu'a vécu Mary Bell, tout n'est pas désagréable, fort heureusement. Il y a également des moments touchants, certes il y en a peu. Ce qui est étonnant c'est qu'un évènement comme sa liberté aurait dû être un moment heureux, or ce fut un moment des plus difficiles pour elle.

Pour le côté noir de ce livre, j'ai trouvé qu'il y avait par moment où cela pouvait être en effet difficile. Cela pouvait être en effet sombre et dure à comprendre comment une enfant de 11 ans puisse faire ce genre de chose. Cependant lorsqu'on lit le reste de son histoire on comprend tout de même un peu mieux.

Mon avis. Ce qui fut assez étrange pour ma part, c'est que je n'ai cependant pas réussis à m'attacher à ce personnage malgré tout. Je pense que cela est dû à la narration. Certes cela est une bonne idée d'avoir un témoignage journalistique, mais on a tout de même une certaine distance avec Mary Bell, du fait que ce ne soit pas écrit à la première personne. C'est ce que j'ai regretté finalement tout de même un peu. Mais j'ai tout de même apprécié ma lecture, car j'ai trouvé cette idée vraiment originale. .
 
❧ NOTATION :

Une si jolie petite fille, de Gitta Sereny chez Plein Jour

Iqbal Un enfant contre l'esclavage, de Francesco D'Adamo chez Le livre de poche

Iqbal Un enfant contre l'esclavage, de Francesco D'Adamo chez Le livre de poche

 Titre : Iqbal un enfant contre l'esclavage
 Auteur :Francesco D'Adamo
 Editeur : Le livre de poche
 Collection : Littérature contemporaine
 Date de sortie :3 Aout 2016
 Genre :Jeunesse
 Nb de pages :192 pages
 Prix : 4€95
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« 1993, Pakistan. Iqbal a treize ans et, comme tant d'autres enfants, il part tous les matins travailler dans une usine de tapis. Exploité, Iqbal n'a plus qu'une idée en tête : se sauver et surtout dénoncer le travail des enfants. Réussira-t-il à mener ce combat pour la liberté ? »
 
❧ MON AVIS :

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais depuis quelques temps je suis pas mal sur des livres concernant l'actualité. Lorsque j'ai vu ce livre, je me suis dit qu'il me fallait absolument car je savais que ce serait un de ces livres avec un fort message et que j'aimerais forcément. Je tiens donc à remercier les éditions le Livre de poche pour cet envoi. Ce n'est pas un coup de cœur mais j'ai bien apprécié ma lecture.

Résumons un peu. 1993, Pakistan. Iqbal a treize ans et, comme tant d'autres enfants, il part tous les matins travailler dans une usine de tapis. Exploité, Iqbal n'a plus qu'une idée en tête : se sauver et surtout dénoncer le travail des enfants. Réussira-t-il à mener ce combat pour la liberté ?

Parlons dans un premier temps des personnages. Nous avons deux personnages principaux : Iqbal et notre narratrice, Fatima. Notre narratrice contrairement à Iqbal est un personnage fictif, qui aide simplement à introduire l'histoire d'Iqbal. Ce personnage bien que simple et très peu décrit fut tout de même intéressant. On sait quand même qu'elle vient d'un petit village. Ce que j'ai apprécié également avec ce personnage c'est que l'on voit qu'elle tient à Iqbal et à la petite Maria. Cela m'a beaucoup touché je trouve. Je l'ai trouvé attachante. Concernant Iqbal, c'est un personnage que je reconnais courageux, touchant et attachant. On voit qu'il veut aider le plus grand nombre de jeunes. C'est un jeune homme qui a décidé de se battre pour les autres jeunes gens qui n'en ont pas forcément les moyens ou bien même la force. J'admire vraiment ce personnage qui a réellement existé. En ce qui concerne les autres enfants, je dois dire qu'ils sont assez bien décrits avec pas mal de détails. Pour les maitres, nous avons par contre un peu moins. Cela nous permet d'imaginer un peu comme bon nous semble.

Venons-en maintenant à l'histoire et à l'intrigue. Je dois dire que je n'ai pas lu beaucoup d'histoires sur ce sujet, je ne peux donc pas trop comparer. Mais je dois dire que pour un livre jeunesse, je trouve cela très bien et surtout accessible. C'est-à-dire que oui on nous parle d'esclavage, des conditions parfois horribles ; cependant l'auteur ne rentre pas trop dans les détails afin d'être accessible aux plus jeunes justement. Ce qui est également impressionnant je trouve, c'est que l'on voit le travail qu'à fait l'auteur sur la vie d'Iqbal. Il a fait de réelles recherches afin de raconter au plus vrai son histoire. Le point de vue de l'histoire est plutôt original également. En effet, c'était la première fois que je vois un personnage fictif, introduire un personnage réel. Mais ce n'est finalement pas mal. Cela change un peu. Un petit point qui m'a cependant un peu dérangé, c'est peut-être le fait qu'ils s'en sortent assez facilement je trouve. Tant mieux je suis d'accord avec vous, cependant je doute que dans la vraie vie ; ceux qui veulent s'en sortir arrive à trouver une solution au détour d'un marché. Enfin j'espère me tromper, mais je trouvais que cela était trop facile. Pour l'écriture de l'auteur, je l'ai trouvé très plaisante, addictive. On a envie de savoir comment cela va se finir (et lorsque l'on ne connait pas l'histoire de Iqbal, on est très surpris de cette fin, je vous le dis). 

Mon avis. Je conseille fortement la lecture de ce livre aux enfants et même adolescents (les plus âgés peuvent également le lire, mais ils trouveront surement certains défauts comme ce fut le cas pour ma part). C'est une lecture qui leur permettra comprendre la condition de vie de certains enfants dans le monde. La plume de l'auteur est très plaisante et nous donne qu'une envie continuer à lire ce livre. Bref lisez ce livre, ne serait-ce que pour votre culture générale.
 
❧ NOTATION :

Iqbal Un enfant contre l'esclavage, de Francesco D'Adamo chez Le livre de poche

dimanche 21 août 2016

La famille Treski Tome 1: La guerre de la limonade, de Jacqueline Davies chez Hachette

La famille Treski Tome 1: La guerre de la limonade, de Jacqueline Davies chez Hachette

 Titre : La famille Treski Tome 1: La guerre de la limonade
 Auteur :Jacqueline Davies
 Editeur : Hachette
 Collection : Aventure
 Date de sortie :3 Aout 2016
 Genre :Jeunesse
 Nb de pages :192 pages
 Prix : 12€90
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« La rentrée des classes approche. Jessie, huit ans bientôt neuf, est folle de joie à l'idée de sauter une classe et de se retrouver dans celle de son frère Evan. Ils vont pouvoir passer tout leur temps ensemble et avoir les mêmes copains, c'est génial, non ? Pour Evan, c'est tout le contraire. Il est tellement en colère et en veut tellement à sa sœur qu'il décide que cette année il ne tiendra pas le traditionnel stand de limonade de la famille Treski avec elle. Entre le frère et la sœur, la guerre de la limonade est déclarée ! Leurs méthodes de vente sont si différentes mais leur détermination si grande et semblable, qu'il est impossible de prévoir lequel des deux sortira vainqueur. »
 
❧ MON AVIS :

Ces derniers temps je suis pas mal dans le jeunesse. Lorsque j'ai vu ce livre dans les propositions de service presse, je me suis dit « pourquoi pas ». De plus l'illustration de la couverture me disait quelque chose et cela m'a donné envie de découvrir l'intérieur de ce livre. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et je n'avais jamais entendu parler de ce livre jusqu'à présent. J'ai passé un bon moment mais... Quoi qu'il en soit je remercie les éditions Hachette pour cet envoi.

Résumons un peu. La rentrée des classes approche. Jessie, huit ans bientôt neuf, est folle de joie à l'idée de sauter une classe et de se retrouver dans celle de son frère Evan. Ils vont pouvoir passer tout leur temps ensemble et avoir les mêmes copains, c'est génial, non ? Pour Evan, c'est tout le contraire. Il est tellement en colère et en veut tellement à sa sœur qu'il décide que cette année il ne tiendra pas le traditionnel stand de limonade de la famille Treski avec elle. Entre le frère et la sœur, la guerre de la limonade est déclarée ! Leurs méthodes de vente sont si différentes mais leur détermination si grande et semblable, qu'il est impossible de prévoir lequel des deux sortira vainqueur.

Parlons dans un premier temps des personnages. Nous avons deux personnages principaux : Evan et Jessie. Ils sont frères et sœurs, et ils vont tous les deux être dans la même classe à la rentrée. Et oui car même s'ils ont un an et trois mois de différence, Jessie a sauté une classe et se retrouve dans la même classe que son frère. En ce qui concerne le personnage de Evan, au début du livre on ne le comprend pas vraiment, ni ses réactions, ni ses sentiments...Plus on avance dans le livre, plus on comprend que le problème vient du fait que sa sœur se retrouve justement dans sa classe et qu'elle déduit beaucoup plus facilement certains problèmes de maths et autres. On voit se dont est capable sa sœur et l'on commence à compatir pour son frère qui est un peu mis à l'écart. On peut donc comprendre qu'il est peur pour l'année à venir. Jessie quant à elle ne comprend pas de soucis avec son frère, pour elle il n'y a pas de problème. Au contraire elle est même heureuse de se retrouver avec lui à la rentrée car ils ont toujours été proche. Cependant cette guerre de la limonade va montrer le pire des deux personnages. Ils vont se lancer dans cette bataille de celui qui gagnera le plus d'argent. Pour cela tout est permis, utiliser des amis, vendre d'autres produits en suppléments, voler l'argent... Bref même les coups bas. J'ai eu une petite préférence pour le personnage de Jessie car cette dernière est un peu naïve, elle ne se rend pas compte de ce que ressens son frère. Tout ce qu'elle veut c'est retrouver son frère et jouer avec lui, parler avec lui... Tandis que lui est un point égoïste et ne pense que à sa réputation une fois en CM1.

Venons-en à l'histoire à présent. Globalement je trouve que c'est une histoire plutôt pas mal. Bon après pour nous français, nous avons du mal à nous imaginer les stands de limonade. Cela se fait beaucoup plus aux Etats-Unis que chez nous. Il faut donc un peu d'imagination pour visualiser cette guerre de la limonade. En fait j'ai bien apprécié la trame de l'histoire, mais j'ai eu un petit souci sur le fait de pouvoir croire à cette histoire. Je ne vais pas tout vous spoiler mais certaines bêtises par exemple que va faire Jessie ou Evan semble juste impensable par un enfant de 7 ou 9 ans. Après je pense que cela ne dérangera pas un enfant qui lit cette histoire, mais pour quelqu'un de plus âgé, cela nous semble inimaginable (en tout cas en France). Pour ce qui est de la trame de l'histoire, cela m'a beaucoup plu. Notamment car je sais très bien ce que ressens Evan (je suis moi-même la plus âgée et j'avais souvent le même ressenti que lui, lorsque ma petite sœur s'incrustait dans quelque chose). Je pense que c'est histoire est importante car cela fait comprendre aux frères et sœurs que même si l'un et plus doué que l'autre à quelque chose et qu'ils se retrouvent face à face, ce n'est pas si grave. Le principal c'est soi et non de se comparer à l'autre. Pour l'écriture de l'auteur, celle-ci est simple est simple à lire, rapide et intéressante.

Mon avis. Je conseillerai ce livre à tous les enfants qui ont tendance à se comparer à leur frère et sœur car ce livre à une vraie morale. De plus l'histoire est intéressante (parfois improbable pour ma part, mais je pense que pour des plus jeunes, cela passe niquel). Si vous souhaitez une lecture rapide, simple et avec une petite morale pour vos enfants, je vous conseille ce livre.
 
❧ NOTATION :

La famille Treski Tome 1: La guerre de la limonade, de Jacqueline Davies chez Hachette

lundi 15 août 2016

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel

 Titre : La femme du gardien de zoo
 Auteur :Diane Ackerman
 Editeur : L'Archipel
 Collection : Romans
 Date de sortie :6 Janvier 2016
 Genre :Historique
 Nb de pages :350 pages
 Prix : 22€00
 
 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie.
Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays... Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur. »
 
❧ MON AVIS :

Comme vous le savez surement depuis le temps (enfin si vous me suivez depuis longtemps), je suis une grande amatrice de lecture sur la Seconde Guerre Mondiale. Lorsque les éditions Archipel m'ont proposé cette lecture, je ne pouvais donc pas refuser. Je n'avais jusque-là jamais entendu parler de cette auteure ou bien même de ce livre. Mais cela m'importait peu puisque le sujet m'intéressait beaucoup. L'histoire était intéressante mais malheureusement, quelques points négatifs ont quelques peu gâché ma lecture. Je remercie toutefois les éditions Archipelpour cet envoi.

Résumons un peu. Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie. Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d'un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays... Grâce au courage de ce couple, trois cents d'entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d'Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d'un couple soucieux de la cause animale qui s'engage dans une lutte secrète contre l'oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l'abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l'horreur.

Parlons dans un premier temps des personnages. Je dois dire que j'ai été beaucoup touché par nos deux personnages principaux Jan et Antonina Zabinski. On voit leur vie heureuse à Varsovie se transformer petit à petit, à cause de la guerre. On les voit tout perdre et devoir trouver des solutions pour vivre tout en gardant leurs principes. C'est ce qui m'a touché chez eux. Même s'ils ont perdu leur zoo, leur vie tranquille ; ils vont quand même faire leur possible pour aider d'autres personnes en temps de guerre. Ce sont des personnages touchants, attachants, courageux, altruiste et généreux. Ils mettent leur famille en danger afin d'aider plusieurs centaines de juifs à s'enfuir. Cela m'a beaucoup touché. 

Venons-en à l'histoire. J'ai beaucoup apprécié le côté que ce soit une histoire vraie. Cependant j'ai eu un petit souci avec le récit. C'est-à-dire que pour moi, soit on en fait un récit romanisé, soit un témoignage du début à la fin... mais pas un mélange des deux. Je m'explique dans ce livre l'auteur commence à nous raconter l'histoire (avec une narration tout ce qu'il y a de plus normal), puis d'un seul coup intervient le « comme nous pouvions le lire dans le journal de Antonina ». Cela aurait été écrit une seule fois pour nous faire comprendre que cela venait du journal d'Antonina, cela ne m'aurait pas dérangé, cela j'ai dû lire cette phrase je ne sais combien de fois. Et c'est cela qui m'a beaucoup bloqué, car cela me perdait. Je savais que c'était une histoire vraie, mais du coup le fait de retrouver cette phrase était beaucoup trop « répétitif ». Cela m'a gêné et freiné plus d'une fois. Au bout d'un moment je me demandais ce qui était vrai ou romanisé par l'auteur et ce n'est pas le genre de chose que j'ai envie de réfléchir dans ce genre de lecture. Pour l'écriture de l'auteur, je la trouve plutôt plaisante et facile à lire. Mais ce mélange de narration fut vraiment perturbant. En tout cas pour ma part.

Mon avis. J'ai beaucoup apprécié les personnages de cette histoire. Cependant je dois dire que le problème de narration changeante m'a beaucoup dérangé et freiné dans l'appréciation de ma lecture. C'est peut-être bête, mais lorsqu'il s'agit d'historique (pour ma part) ; j'aime quand c'est soit juste romanisé ou bien juste témoignage. Et non le mélange des deux comme dans ce livre. Je pense cependant que cela peut plaire a beaucoup de monde sans soucis. Si vous aimez les histoires de seconde guerre mondiale, mélangeant fiction et réalité ; cette histoire est faite pour vous..
 
❧ NOTATION :

La femme du gardien de zoo, de Diane Ackerman chez L'Archipel