samedi 31 janvier 2015

Sans prévenir, de Matthew Crow chez Gallimard Jeunesse

Sans prévenir, de Matthew Crow chez Gallimard Jeunesse


 Titre : Sans prévenir
 Auteur :Matthew Crow
 Editeur : Gallimard Jeunesse
 Collection : Scripto
 Date de sortie :15 Janvier 2015
 Genre :Jeunesse, Contemporain
 Nb de pages : 306 pages
 Prix : 11€90



 QUATRIEME DE COUVERTURE :
 
«À 15 ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Sans prévenir, un jour, la vie bascule. On lui diagnostique une leucémie. À l'hôpital où il entre pour son traitement, il rencontre Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante...

Une histoire d'amour extraordinaire.
«Sans prévenir» de Matthew Crow est un roman drôle, douloureux et lumineux sur la volonté de trouver le meilleur de la vie, même lorsque celle-ci vous montre son pire visage. Un roman qui aide à vivre. »



❧ MON AVIS :

Et oui du coup j'enchaine les chroniques. Même si j'étais absente je ne me suis pas arrêter de lire pour autant mais les chroniques n'étaient pas encore préparées. Avant de lire cette lecture, tout le monde me le présentais comme un second « Nos étoiles contraires ». Cependant je trouve que la comparaison n'est pas à faire, certes ils sont dans le même genre mais c'est tout. Quoi qu'il en soit j'ai passé un très bon moment avec ce livre mais ce n'est pas un coup de cœur pour moi.

Résumons un peu. A quinze ans, Francis Wotton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère.
Lorsqu'on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l'horreur d'être retardé d'une année au lycée, la menace d'une calvitie imminente, la nécessite de retrouver sa plus belle chemise au cas ou une pop star lui rendrait visite pour une photo...
Mais il n'imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.

Etant donné que sur la quatrième de couverture, on nous parle de « Nos étoiles contraires ». Un comparatif va donc être en quelque sorte nécessaire. Bref commençons par le commencement. Dans le livre de Matthew Crow on apprend au bout de 20 pages la maladie de Francis. Avant on a une espèce d'introduction sur la vie du personnage et ce qui c'est passé auparavant. On apprend à connaitre les différents personnages sans sa vie de malade, et comment est son entourage avant et après. Ce que j'ai trouvé plutôt original comme une idée car l'on voit le changement de certains.

Parlons des personnages. Nous avons tout d'abord le personnage principal Francis. Contrairement à Hazel, je ne sais pas pourquoi il ne m'a pas plus touché, je n'ai pas été autant attaché. Je pense que c'est le fait qu'il soit aussi jeune qui m'a un peu bloqué. J'ai trouvé Francis beaucoup trop sage, sans réelle caractère, effacé face à certains personnages... Je pense que l'auteur aurait pu aller beaucoup plus loin dans le travail de ce personnage pour le rendre beaucoup plus intéressant. De plus sa « relation » avec Ambre me parait vraiment invraisemblable pour y croire réellement. Qui plus est j'ai trouvé le personnage de la demoiselle vraiment désagréable, elle est malpolie, n'est d'accord avec rien... Bon certes cela cache un caractère plus fragile derrière cette carapace mais enfin quand même. Bref je n'ai pas accroché aux personnages.

A présent voyons l'écriture de l'auteur, le style et le rythme. Pour moi c'est la partie positive de l'iceberg. J'ai trouvé que les chapitres avaient de bons rythmes, pas trop long, pas trop courts... Plus les pages passait, plus j'avais envie de savoir ce qui allait se passer ensuite... Même si les personnages ne m'ont pas captivé plus que ça, l'histoire en elle-même l'a fait. On a envie de savoir comment Francis va vivre cette histoire entouré de son entourage. C'est un roman qui se lit assez rapidement malheureusement, j'aurais voulu qu'il dure plus longtemps.

Reconcentrons-nous un moment sur l'écriture même de l'auteur. J'ai certes beaucoup apprécié ma lecture, cependant je n'ai pas été autant emporté qu'avec « Nos étoiles contraires ». Je n'ai pas été émue aux larmes cette fois-ci. Il m'a manqué un petit truc pour apprécier deux fois plus ma lecture. Il y certes des moments touchants mais ça s'arrête la. Ce qui m'a plus dans l'écriture de Matthew Crow, c'est le fait de montrer que l'entourage à besoin d'être la pour le malade. 

Mon avis. J'ai passé un très bon moment grâce à l'histoire mais certains points ont fait défauts pour moi. Les personnages ne sont pas assez travaillés, pas assez poussés, têtes à claques... De même que l'écriture de l'auteur ne m'a pas autant transporté que je l'attendais avant de commencer le livre. Je pense cependant que ce livre plaira aux adolescents entre 10 et 16 ans.



❧ NOTATION :

Sans prévenir, de Matthew Crow chez Gallimard Jeunesse

vendredi 30 janvier 2015

La fille de l'hôtesse de l'air, de Christine Beigel chez Sarbacane

La fille de l'hôtesse de l'air, de Christine Beigel chez Sarbacane


 Titre : La fille de l'hôtesse de l'air
 Auteur :Christine Beigel
 Editeur : Sarbacane
 Collection : Jeunesse
 Date de sortie :7 mai 2014
 Genre :Jeunesse
 Nb de pages : 64 pages
 Prix : 6€00


 QUATRIEME DE COUVERTURE :
 
« Marilou, l'amoureuse du héros de Vendeur de rêves, a grandi. On la retrouve en train de peiner et râler avec sa mère dans les allées verglacées du Père Lachaise, en chemin pour l'enterrement d'un géniteur qu'elle n'a jamais connu – mais dont elle a entendu pis que pendre. Elle va y rencontrer « l'autre mère et l'autre fille » : les légitimes.
Cette demi-sœur, quasi jumelle, qui lui tombe du ciel (et qui ne soupçonne rien de la situation), Marilou s'en fait vite une amie.Grâce à elle, elle reconstitue peu à peu une image plus juste de ce père inconnu – et pousse sa mère à « descendre de son avion » et pour lui dire, enfin, la vérité. »




❧ MON AVIS :

Avant de commencer cette chronique je tiens à m'excuser pour mon absence de ces derniers temps. Quoi qu'il en soit à peine reçu ce livre, déjà étais-je surprise car je m'attendais à ce qu'il soit beaucoup plus épais. Or ce ne fut pas du tout le cas, il était très très court. A ma grande surprise je pensais beaucoup apprécier et malheureusement pour moi beaucoup moins.

Résumons un peu. Marilou, l'amoureuse du héros de Vendeur de rêves, a grandi. On la retrouve en train de peiner et râler avec sa mère dans les allées verglacées du Père Lachaise, en chemin pour l'enterrement d'un géniteur qu'elle n'a jamais connu – mais dont elle a entendu pis que pendre. Elle va y rencontrer « l'autre mère et l'autre fille » : les légitimes.
Cette demi-sœur, quasi jumelle, qui lui tombe du ciel (et qui ne soupçonne rien de la situation), Marilou s'en fait vite une amie. Grâce à elle, elle reconstitue peu à peu une image plus juste de ce père inconnu – et pousse sa mère à « descendre de son avion » et pour lui dire, enfin, la vérité.

Bon alors avant de commencer je ne savais pas qu'il y avait un tome précédent, je ne connaissais donc pas le personnage, ni l'écriture de l'auteur auparavant. Il se trouve que cependant on peut tout de même lire le livre sans avoir lu le premier tome car c'est une histoire indépendante.

Je vais parler du personnage principal d'abord car il se trouve qu'étant donné que le livre est assez court il n'y a pas non plus trois pages à débattre. J'ai plutôt bien apprécié le personnage de Marilou jusqu'à sa rencontre avec sa demi-sœur. Je ne sais pas à partir de là je l'ai trouvé méchante, capricieuse, un peu folle dans l'idée s'imaginer jumelle, de s'habiller déjà comme elle alors qu'elles viennent à peine de se rencontrer... On dirait une de ses maladies que l'on appelle trouble de l'affection. Je ne sais pas si c'est ce que voulait faire paraitre l'auteur mais cela m'a beaucoup troublé. Car même si elle vient de perdre son père, tout cela n'explique pas son comportement pour moi. Il y a également le personnage de la demi-sœur mais qui est un peu plus effacé. Et enfin le personnage de la mère qui joue le rôle de la mère qui ne s'occupe jamais de sa fille à cause de son boulot. J'ai trouvé cette idée vu et revu.

En ce qui concerne l'écriture de l'auteur, je l'ai trouvé assez simpliste, facile à lire, à comprendre, rapide à lire, sans chichis en plus... mais pas assez poussé pour moi. Je pense que l'auteur aurait pu aller plus loin, rallonger l'histoire au lieu d'aller aussi vite. C'est ce qui m'a bloqué majoritairement dans ma lecture, en plus du personnage de Marilou. 

Mon avis. Pour moi ce livre aurait pu me plaire plus si il était plus long, plus travaillé, plus poussé et le personnage de Marilou moins tête à claque. L'écriture de l'auteur est plutôt simpliste, fluide, facile à lire et à comprendre. Je le conseille pour les plus jeunes, je pense que c'est ce qui à bloqué également c'est que je suis plus âgé que ceux pour qui est destiné ce genre de livre.




❧ NOTATION :


La fille de l'hôtesse de l'air, de Christine Beigel chez Sarbacane

mardi 20 janvier 2015

C.O.D.A Tome 1: La musique c'est la vie, de Emma Trevayne chez Panini Books


C.O.D.A Tome 1: La musique c'est la vie, de Emma Trevayne chez Panini Books



 Titre : C.O.D.A Tome 1: La musique c'est la vie
 Auteur :Emma Trevayne
 Editeur : Panini
 Collection : Scarlett
 Date de sortie :18 Juin 2014
 Genre :Science-fiction, Jeunesse
 Nb de pages : 400 pages
 Prix : 15€90



 QUATRIEME DE COUVERTURE :

« Dans un monde futuriste et totalitaire contrôlé par la Corporation, la musique agit comme une drogue servant à manipuler la population. Anthem, 18 ans, possède une double vie. Le jour, il est ouvrier mais la nuit, lui et ses amis se réunissent pour jouer dans leur groupe clandestin de la « vraie » musique, sans le codage addictif de la Corporation. À la suite du meurtre de l'un de ses amis par la Corporation, Anthem décide de s'attaquer à la multinationale. À l'aide de hackers, il veut pirater le code source de la musique officielle pour délivrer son peuple en diffusant sa musique « libre ». »




❧ MON AVIS :

Me revoila avec une nouvelle chronique. Celle-ci a mis pas mal de temps car si au début ce livre me tentait pas mal au fil du temps je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais donc d'un côté très envie de le débuter et d'un autre pas trop. Ce qui était bizarre. Et une fois dedans et bien j'ai mis du temps à rentré dans l'histoire. Ce n'est pas un coup de cœur mais j'ai passé un bon moment.

Résumons un peu. Dans un monde futuriste et totalitaire contrôlé par la Corporation, la musique agit comme une drogue servant à manipuler la population. Anthem, 18 ans, possède une double vie. Le jour, il est ouvrier mais la nuit, lui et ses amis se réunissent pour jouer dans leur groupe clandestin de la « vraie » musique, sans le codage addictif de la Corporation. À la suite du meurtre de l'un de ses amis par la Corporation, Anthem décide de s'attaquer à la multinationale. À l'aide de hackers, il veut pirater le code source de la musique officielle pour délivrer son peuple en diffusant sa musique « libre ».

Je tenais juste à dire que grâce a la couverture et au synopsis, je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus prenant, plus travaillé au niveau du futurisme et qui pourrait éventuellement me plaire même si j'ai pas mal de difficultés avec ce genre d'univers. Pourtant le fait que ce soit une dystopie je me suis dit que cela donnerait un point positif de suite, or ce ne fut pas le cas du tout. Le côté dystopique ne m'a pas tant happé que ça.Il faut pas mal de pages avant de rentrée dans l'histoire même. Contrairement à toutes les dystopies, je ne pense pas que cette dernière plaise à tout le monde. Me concernant ce ne fut pas une de mes dystopies préférés loin de la.

Parlons de l'histoire. Je dois dire que j'ai trouvé l'idée très originale de la part de l'auteur. L'encodage de la musique, est très rarement utilisé dans les livres. Certes la musique l'est elle assez souvent, mais pas comme moyen de pression, de contrôle, de drôgue. Ce qui donnait donc un bon point de départ je trouve. Nous partions donc sur idée originale et intéressante. En plus de la lecture, la musique est mon second passe temps. Autant dire que combiné je ne pouvais qu'être heureuse de les avoir. Le moyen de pression est tenu par la CORP. Et oui car comme dans toute dystopie il y a quelqu'un ou un groupe qui contrôle et fait sa propagande.

Les personnages. Il y a Anthem. Je dois dire que je l'ai plutôt bien apprécié. Il est accro aux mélodoses, plus qu'il ne le devrait et que les gens normaux. Sa mère est morte lorsqu'il était plus jeune, son père ne l'ait pas encore mais cela ne devrait pas tarder. La musique les tue petit à petit. Anthem aime également beaucoup la vraie musique, celle qui n'est pas contrôlée par la CORP. Celle que certain joue clandestinement dans une grange, une cave... quand il y n'y a pas les rondes des gardes. Comme on si attend un peu Anthem va essayé de déjouer la surveillance des gardes. C'est un jeune homme touchant, attachant, passionné, combattif... On ressent la tristesse de Anthem car l'on sait aussi qu'il va bientôt mourir. Il ne veut alors pas aimer Havre de peur de la faire souffrir, de la perdre. C'est un gars au grand cœur, qui veut protéger son entourage, ses petits frères et sœurs, Alpha et Omega, Havre... Ces petits frères et sœurs sont d'ailleurs assez touchants et attachants, on ne veut pas qu'ils aient la mélodose.

Au niveau des thèmes, ils sont assez vastes. On passe de la dépendance, la propagande, la manipulation, la rébellion, le courage, le contrôle, la trahison... Bref les thèmes d'une dystopie.

Je voudrais à présent parler de ce que j'ai trouvé moins bien ici. J'ai eu énormément de mal à accrocher au livre, c'est-à-dire que dès le début du livre il m'a fallu environ une centaine de pages avant d'être vraiment dedans. C'était beaucoup trop long à venir pour moi. De plus cela c'est accentué avec le manque d'action. Il y en a très peu dans ce livre. Le rythme est assez lent et donne envie d'arriver assez vite à la fin. Je voulais vraiment le finir au plus vite, ce qui est assez rare pour ma part.

Même si l'idée de base est assez original, je n'ai pas réussi à accrocher au rythme et par moment au style de l'écriture de l'auteur. Elle me perdait complétement et je dérivais.  Je l'ai trouvé trop lente, pas assez détaillé, pas assez travaillé. L'utilisation du présent ne m'a pas plus dérangé que ça contrairement à certains. Mais le style même de l'auteur ne m'a malheureusement pas convenue.

Tout au long de ma long de ma lecture je ne savais pas si j'appréciais ou non, ce qui me montrais donc bien que ce n'était en aucun cas un coup de cœur. Je n'ai pas réussi à être happé par mes lectures, je n'ai rien ressenti de particulier... Cependant je dois dire je ne m'attendais pas du tout à cette fin, ce fut la petite surprise pour moi.

Mon avis. J'ai passé un bon moment mais sans plus. C'est-à-dire que je n'ai pas réussi à sentir les émotions nécessaires pour être dans le livre. Il m'a manqué ce petit plus, ces émotions, l'action... J'ai bien apprécié les personnages et l'idée originale sur lequel est basé le livre, mais c'est tout.




❧ NOTATION :

C.O.D.A Tome 1: La musique c'est la vie, de Emma Trevayne chez Panini Books

dimanche 4 janvier 2015

Bilan de Décembre 2014

Bilan de Décembre 2014

Coucou tout le monde. Et oui il s'agit du dernier bilan de 2014. Je vous le fais d'ailleurs alors que nous sommes déjà en 2015 mais bon. Ce mois-ci fut un petit peu meilleur mais j'aurais pu lire plus je pense. Quoi qu'il en soit, j'ai tout de même passé des bons moments de lectures.
 



 Livres lu :

La terrifiante histoire et le sanglant destin de Hansel & Gretel de Adam Gidwitz (300 pages) - SP
Ce crime de Catherine Leblanc (56 pages) - SP
Le murmure des dieux de Roxane Marie Galliez & Cathy Delanssay (72 pages) - SP
Sous les couvertures de Bertrand Guillot (176 pages) - SP
Le livre de perle de Timothée de Fombelle (304 pages) - SP
13 à table! de Collectif pour Resto du coeur (274 pages) - Acheté
La liste de Noel de Jojo Moyes (76 pages) - Téléchargé
Wonder de R.J Palacio (405 pages) - Acheté
Comme des images de Clémentine Beauvais (204 pages) - SP

 Livres reçus/achetés :
 
13 à table! de Collectif pour Resto du coeur - Acheté
Sans prévenir de Matthew Crow - SP


Cela fait donc 1867 pages lu ce mois ci et 2 livres reçus.

vendredi 2 janvier 2015

Vol 1618, de Bertrand Puard chez Hachette Blackmoon

Vol 1618, de Bertrand Puard chez Hachette Blackmoon


 Titre : Vol 1618
 Auteur :Bertrand Puard
 Editeur : Hachette
 Collection : Blackmoon
 Date de sortie :13 novembre2014
 Genre : Jeunesse
 Nb de pages : 256 pages
 Prix : 15€90


 QUATRIEME DE COUVERTURE :
 
« VOL 1618. Lecteurs, lectrices, nous traversons actuellement une zone de turbulence, veuillez regagner votre siège et attacher vos ceintures ! » Le 10 juin 2014, un Airbus A340 reliant Paris à San Francisco disparaît en plein vol. L'émoi est considérable, autant en France qu'aux États-Unis. Lorsque l'équipage et les passagers sont retrouvés quelques heures plus tard, incapables de se souvenir de ce qui leur est arrivé, les enquêteurs se voient confrontés à la disparition de 4 passagers et autres mystères. Des mystères que certaines personnes hauts placées feront tout pour ne pas ébruiter... »



❧ MON AVIS :

Oh je voulais lire ce livre depuis longtemps, en fait depuis qu'il est arrivée dans ma pile à lire, soit il y a un mois mais bon. Il me faisait énormément envie, notamment de part son synopsis assez intriguant, mais aussi de part le fait que je sais que beaucoup ont apprécié la série « les effacés ». Pour ma part je ne les ai pas lus, mais je pense le faire par la suite. En ce qui concerne ce livre ci, j'ai beaucoup apprécié mais ce n'est pas un coup de cœur car quelques points négatifs m'ont un peu dérangé.

Résumons un peu. « VOL 1618. Lecteurs, lectrices, nous traversons actuellement une zone de turbulence, veuillez regagner votre siège et attacher vos ceintures ! » Le 10 juin 2014, un Airbus A340 reliant Paris à San Francisco disparaît en plein vol. L'émoi est considérable, autant en France qu'aux États-Unis. Lorsque l'équipage et les passagers sont retrouvés quelques heures plus tard, incapables de se souvenir de ce qui leur est arrivé, les enquêteurs se voient confrontés à la disparition de 4 passagers et autres mystères. Des mystères que certaines personnes hauts placées feront tout pour ne pas ébruiter... »

Au départ je dois avouer que je ne savais pas trop à quoi m'attendre, bon si un à détournement d'avion. Ca je pouvais le deviner mais je ne savais pas comment cela allait être tourné, ni même si cela allait me plaire. Mais ce fut le cas.

Nous allons voir dans un premier temps, la construction de ce livre. Nous sommes certes dans un avion, mais nous allons voir le point de vue des quatre « disparus », des quatre « opérés »... On voit comment ils ont été amenés à la situation dans laquelle ils se trouvent à présent. Comment ont-ils été amené jusqu'à l'avion ? Qui sont ces personnes qu'ils pensaient connaitre et qui les ont aidés à fuir ? On se retrouve pendant un petit moment avec toutes ces questions sans savoir ce qui se passe réellement. Si vous n'aimez pas le suspense passez votre chemin vraiment, car l'auteur a basé tout son roman sur ça. En ce qui concerne les personnages, je dois dire que je ne me suis pas plus attaché à eux, car dès que l'on commençait à connaitre une histoire, nous passions à un autre personnage. J'ai cependant eu un petit faible pour le personnage de Mayer et Emma. Je ne sais pas pourquoi je les trouvé plus touchant que les deux autres. 

Comme dit un peu plus haut, les chapitres passent par la vie de chaque personnage quelques heures avant le décollage de l'avion, puis ce qui se passe au gouvernement français et américain, puis la disparition de l'avion et enfin après. L'auteur nous donne très peu d'indice tout au long du livre concernant ce qui a pu se passé et ce qui se passera ensuite. J'ai trouvé tout cela très additif car on a qu'une seule envie savoir la raison du pourquoi du comment. A chaque chapitre une nouvelle question apparait. On essaye tant bien que mal de forger une histoire mais c'est très difficile.

Parlons de l'écriture de l'auteur. Celle-ci est assez simple, additif, mais agréable à lire. On lit d'ailleurs assez rapidement les 256 pages. Il n'y a aucun moment où je me suis ennuyé durant ma lecture. Le suspense nous fait avancer dans notre lecture. Je ne me serais jamais douté de la fin de l'histoire. D'ailleurs il s'agit de l'un de mes points négatifs. Je m'attendais à autre chose, de plus grand... or là j'ai été assez déçue par cette fin. De même que l'autre point négatif qui m'a gêné dans ma lecture était les répétitions de l'auteur. Certes ils étaient nécessaires pour donner le point de vue de chacun, mais je pense que le discours du pilote par exemple n'était pas nécessaire à chaque fois. Malgré tout l'auteur a un style fort sympathique. Au point que j'ai envie de connaître ces autres livres, vu que j'ai plutôt bien apprécié son roman.

Mon avis. J'ai passé un excellent moment grâce au suspense instauré par l'auteur, à l'histoire... Cependant quelques points négatifs ont fait que je ne pouvais pas plus apprécier l'histoire. Je conseille cependant de lire ce livre car le suspense est vraiment bien tourné, l'histoire et l'intrigue sont géniaux. Les personnages sont bien menés, assez mais pas trop. On participe vraiment à l'enquête et c'est ce que j'ai apprécié ici. Je n'hésiterais pas à lire d'autres livres de l'auteur en tout cas.



❧ NOTATION :


Vol 1618, de Bertrand Puard chez Hachette Blackmoon